Drive rupture de stock

Avec cette pandémie, la plupart des Français se sont jetés sur les supermarchés pour stocker bêtement certains produits. Le fruit du système du “juste à temps” engendre quelques pénuries malgré que le gouvernement se veuille rassurant en nous assurant qu’il n’y aura pas de pénurie.

Mais peut-on réellement croire cela quand on entend le nombre de malades augmenté chaque jour… on nous annoncera probablement plus ou moins 50000 malades du coronavirus ce soir à la télé lors du point quotidien de Jérôme Salomon. Ces malades sont aussi des livreurs, chauffeurs routiers ou encore employés de commerce de première nécessité.

Certains produits manquent pendant le confinement, mais les magasins sont toujours livrés

Victime de la folie des gens, le papier toilette et les pâtes sont les premières victimes du confinement. La peur de ne pas pouvoir manger et aller proprement aux toilettes a rendu les Français comme le reste du monde un peu fou. Peut-être après avoir vu certaines vidéos où les Chinois se battaient pour avoir des rouleaux de papier toilette dans les magasins.

Pourtant le Covid-19 est une maladie respiratoire avant tout, certes dans certains cas il y a un peu de diarhés. De là à liquidé les stocks de papiers toilette… tout comme les stocks de pâtes. Bien entendu, c’est un produit alimentaire qui se garde très longtemps… mais nous ne sommes pas à la fin du monde ! Pas encore !

Le riz, dont l’approvisionnement dépend surtout des marchés asiatiques ne peut pas être surproduit. Ce n’est pas un produit transformé ou très peu (riz blanc). Les oeufs aussi présentent une pénurie, car les gens cuisinent plus chez eux ce qui est logique en plein confinement. Et les poules ne pondent pas plus d’une fois par jour !

Les dérivés du lait aussi se montrent parfois en rupture momentanés comme le beurre et la crème. Les vaches, comme les poules, ne peuvent pas produire plus que d’habitude… elles sont déjà assez dopées comme ça !

La farine et la levure boulangère sont souvent absentes des rayons également… les plaisirs gourmands sont de retour dans les foyers français… c’est dans notre culture !

Les Drives des supermarchés pris d’assaut, des ruptures en pagaille !

Ce qui est réellement incompréhensible finalement c’est l’incapacité à délivrer les produits commandés sur un Drive. Un début d’explication par le fait que la demande a explosé sur ces plateformes comme le révèle l’étude Nielsen / Le Figaro qui montre que les commandes ont été multipliées par 6 en l’espace d’un mois ! De là à croire que ces plateformes de commande en ligne ne sont pas capables d’absorber un si grand nombre de commande en si peu de temps, il n’y a qu’un pas. Pourtant, la pandémie était prévisible. Je vous en parle sur la page Facebook depuis le 24 janvier…

Les supermarchés submergés depuis l’annonce du confinement n’arrivent pas à fournir les demandes sur leur site Internet alors qu’elles le peuvent en magasin. Certes, leurs serveurs sont surchargés, mais cela n’explique pas le fait qu’il est quasi impossible de faire un chariot de course normal. Et cela est vérifiable pour bon nombre de grandes enseignes d’après les retours que j’ai pu en avoir.

Il est cependant à noter que de petits magasins locaux ont mis en place des drives également pour fluidifier les achats et assurer leur mission. Ainsi, des primeurs, des épiceries ou encore des fermes sont disponibles localement pour prendre en charge les commandes. Il suffit juste de les chercher un peu sur Google et Facebook ! Il y a beaucoup d’initiatives locales. Parfois, ils proposent des prix très bas pour liquider les stocks de certains produits qui étaient à l’origine prévus pour les restaurants qui sont fermés pendant le confinement.

Il reste à savoir comment les agriculteurs vont pouvoir effectuer les récoltes des fruits et légumes qui se font à la main, car ils vont être en manque de main-d’œuvre pendant le confinement. Le gouvernement a d’ailleurs incité les travailleurs au chômage partiel à leur venir en aide. Il manque 200 000 personnes auprès des agriculteurs pour assurer ces tâches. Ce qui risque de provoquer une pénurie sur les fruits et légumes si la situation perdure encore longtemps…

 

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *